Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du février 27, 2017

févr. 27, 2017, 14:23 by Joelle Park

La préoccupation qui s’exprimait sous la forme d’une question depuis quelques années prend aujourd’hui la forme d’un énoncé. En effet, « Existe-t-il une bulle immobilière? » devient « Il existe une bulle immobilière ».

L’économiste bien connu Doug Porter a invoqué le « mot commençant par B » pour décrire le marché de Toronto. Le Grand Toronto est devenu l’attrait central des observateurs du marché, remplaçant ainsi le Grand Vancouver. Il venait tout juste d’être annoncé que le prix moyen des nouvelles constructions résidentielles au niveau du sol, tous types confondus (maisons détachées, maisons semi-détachées, maisons de ville), dans le Grand Toronto avait franchi le cap du million de dollars.

Les constructeurs rapportent que les stocks atteignent un creux historique et se plaignent de l’ouverture d’un nombre insuffisant de lotissements à des fins de développement immobilier. Cependant, une demande inlassable semble être le réel facteur qui fait grimper les prix. La pénurie de maisons neuves ne serait pas en cause. Même lorsque l’offre est suffisante, prenez le marché des condos par exemple, les prix atteignent des sommets historiques.

On considère que la spéculation agit comme trouble-fête et contribue aussi à faire grimper les prix. Étant donné que les nouvelles inscriptions sont en baisse considérable parce que les acheteurs cherchant à « monter d’un cran » n’ont pas les moyens de le faire et que les premiers acheteurs ont été refroidis par le resserrement de la réglementation, les investisseurs représentent les probables coupables.

Par conséquent, la nouvelle question qui se pose est la suivante : « Que fera le gouvernement? » Le marché de Toronto peut-il s’attendre à faire les frais de mesures comme celles prises à Vancouver pour ralentir le marché?

Dans l’immédiat, probablement pas.